S'informer

_____________


Lettre d'information


Ethique
» Paroles de philosophes
» Paroles de théologien
» Message de Justice & Paix
» Paroles d'église
» Message d'évêques
» Paroles de prêtre
» Conférence de carême

Politique
» Discours du président
Économie
» Immigration, trésor oculte
» Immigration dans l'UE
» Immigration pour l'UE

Ouvrages et dossiers
» Enquête journal LA CROIX
» Cette France-là
» Enzo Bianchi
» Immigrants
» État des lieux 2012
» Causes communes 72
» L'invention de l'immigré
» Vivre ensemble
» Atlas des migrations
» Rapport INSEE
» Un imam en colère
» Le Mythe de l’islamisation 

Expertise
   Les experts
» Catherine DE WENDEN

» François HÉRAN
» Gérard NOIRIEL
» Lionel RAGOT
» Maryse TRIPIER
» Patrick WEIL
» Intervenants aux SSF
» François GEMENNE

   Rapports d'experts
» Rapport du CERAS
  • Synthèse
  • Contenu
» Rapport du HCI

» Publication de l'INED
» Rapport du CRID
  • Synthèse
  • Document
» Lettre du CEPII
» Conférences des SSF
  • 85e session
  • Conclusion
  • Session 1997
» Rapport OCDE
» Chiffres et émigration

Qu'as-tu fait de ton frère musulman ?
» Roucou Christophe
» Relations avec l'Islam
» Peur de l'Islam
» Religion musulmane
» Sondage sur l'Islam
» Message du Pape François
» Islamophobie
» Le prêtre et l'imam
» Malek Chebel
» Tareq Oubrou


Qu'as-tu fait de ton frère roms ?
» Amnesty international
» CNDH Romeurope
  • Composition
  • Historique
  • Textes européens
  • Guide
  • Rapport
» Secours catholique
  • Intégration
  • Pas d'amélioration
» Romonfaitquoi
  • Présentation
  • Propositions
» Église catholique

Fantasmes, mensonges et manipulations
» Mensonges et fantasmes du FN
» Fantasmes et manipulations
» Immigration et délinquance
» Mythe de l'Islamisation

Carton rouge
» Étrangers malades
» Enfermement enfants
» Fabrique d'une idée fausse
» Témoignages en préfecture
» Enfants des campements
» Famille en rétention
» Plus de devoirs, moins de droits
» Rapport rétention 2011
» La France et l'étranger


Coups de
» CEDH
» Site sur les migrations
» À la rencontre du frère
» Les cercles de silence
» Capitaine au secours de migrants
» Femmes musulmanes de la LICRA


LE PAPE FRANÇOIS, UN « FILS DE L’ÉMIGRATION ITALIENNE »



C’est l’une des définitions que le nouveau Pape à offert de soi-même. Non seulement comme souvenir d’un passé qui a marqué l’existence de sa famille. En effet, au début de février 1929, Mario Bergoglio, père du futur Pape, provenant de la province de Asti, dans le Piémont, arrive au port de Gênes avec un billet de troisième classe, lui permettant de s’embarquer sur le bateau "Giulio Cesare", en direction de l’Argentine. Mario Bergoglio arrive à Buenos Aires le 15 février, avec une qualification professionnelle comme comptable. Après avoir reçu l’autorisation à débarquer, ayant passé les examens physiques et psychiques prévus pour les immigrés, il travaillera pour les chemins de fer argentins, se mariera avec Régina Maria Sivori, une jeune fille d’origine italienne et aura cinq enfants, dont le premier, le 17 décembre 1936, est Jorge, le futur Pape.

Ses origines migratoires le Pape François les a également rappelés en l’occasion de la première audience au Corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège, quand il a déclaré qu’en lui est toujours présente l’exigence de «dialogue entre lieux et cultures entre elles distantes, mais aujourd’hui, de plus en plus voisines, interdépendantes, appelant à la rencontre et à la création d’espaces concrets d’authentique fraternité».

Dans ce mélange entre passé migratoire et présent vécu comme pontife, « constructeur de ponts », nous trouvons une clé de lecture de son approche vers le monde des migrants que le Pape avait déjà tracé lorsqu’il, comme Archevêque de Buenos Aires, a tenu l’homélie de la Messe pour la Journée mondiale du Migrant, en 2008, auprès du sanctuaire Notre Dame, Mère des Migrants, de la Boca.

En citant le passage de la Lettre aux Romains (Rom 13,8) « Ne gardez aucune dette envers personne, sauf la dette de l'amour mutuel… », le cardinal Bergoglio affirmait que :

« Nous tous, nous avons une dette envers les autres: aimer. Aimer n’est pas un divertissement ou une vertu pratiqué ou détenue par certains et pas par d’autres. N’est pas seulement une manière d’agir, c’est une dette; une dette étroitement liée à la même existence humaine.

Celui qui n’aime pas ne fait pas honneur à sa dette envers l’humanité. Qui ne garde pas son coeur ouvert au frère de toute origine, culture, tradition n’accomplit pas à son devoir et sa vie se termine comme une promesse non maintenue de payer sa propre dette. L’amour est donc très concret. Les concepts, les idées, les paroles ne s’aiment pas, seulement les personnes peuvent être aimées.

L’amour à la personne en chair et os demande un engagement concret envers elle. C’est, justement, la voie qui mène à se rendre proche de l’autre, à s’ouvrir à l’autre ; un travail de proximité, de partage du chemin de l’autre, de ses idéaux, valeurs, points de vue. C’est un parcours de respect. L’amour se fonde sur le respect qui est le trait plus profond de la dignité humaine.

La Journée du Migrant offre ainsi l’occasion de regarder avec respect à ceux qui ne sont pas nés dans ce pays (l’Argentine… ou tout autre pays), à ceux qui sont venus d’ailleurs… comme les parents de ceux qui sont ici présents, comme mon père, dit le Cardinal Bergoglio… Ils sont venus poussés par des raisons diverses, pour nécessité de travailler ou pour fuir les persécutions idéologiques…

Nombreuses personnes sont venues ici en immigrées. Et aujourd’hui l’on doit se demander comment peut-on honorer la dette envers eux. Cette dette d’amour nous interpelle tous: que faisons-nous pour eux? Que faisons-nous pour les jeunes migrants, ces garçons et filles qui, par milliers, ont été déraciné de leur terre pour les pousser à mettre racines dans notre terre. Peut-on leur dire : “Travaillons ensemble pour créer ensemble un monde meilleur, un monde de fé et d’amour.

Peut-on prendre conscience d’une subtile et grandissante forme de xénophobie qui envahit le coeur de nos villes lorsqu’on cherche à exploiter les sans-papiers, les migrants en situation irrégulière, qui ne comprennent pas la langue ou sont mineurs sans protection. Sans oublier, par ailleurs, la traite et le trafic de jeunes migrants, rendus en situation de travail esclave en échange de peu d’argent ou clairement transformés en courriers pour le transport de drogues…

Or, si les chrétiens ne réagissent pas à ces situations d’injustice envers les migrants non seulement ne payent pas leur “dette d’amour”, mais deviennent eux-mêmes complices de ces délits inhumains comme l’esclavage moderne, la traite et le trafic d’êtres humains. Et l’on devient complices à cause de notre silence, à cause de notre rien faire, à cause de notre apathie devant les omissions des responsables politiques députés à chercher les solutions humaines aux questions sociales, économiques et politiques.

A la fin de son homélie, le futur Pape François rappelle, alors, que nous tous sommes migrants parce que personne reste sur terre à jamais et qu’il sera triste, au moment de vérifier notre passeport, si quelqu’un nous dise : “tu es encore débiteur de ta dette envers ton frère migrants”. Tu dois encore ta dette d’être un homme et une femme de bien. Tu dois encore ta dette d’amour, car sous tes yeux ton frère était exploité et tu t’es-tu ; ton frère était victime de traite et tu t’es-tu ; ton frère était réduit en esclavage et tu t’es-tu ! »

Au fond, le Pape François réaffirme de manière simple et directe que toute profession de foi est toujours accompagné par des actions conséquentes, que la réalité des migrants interpelle tout le monde, et de manière particulière les chrétiens, car nous, tous, sommes des migrants sur terre, que se taire devant les injustices est un acte de complicité et que se rendre proche du frère migrant peut et doit se vivre au quotidien comme, plusieurs fois, lui aussi l’a témoigné en participant aux célébrations et aux rencontres de migrants en Argentine ou lorsqu’il s’offrait, humblement de transporter des petits paquets de Buenos Aires à Rome et vice-versa pour entretenir les relations familiales entre les parents argentins et les enfants immigrés en Italie.

Enfin, il aimait répéter, en tant que Archevêque de Buenos Aires, « Ici, nous sommes tous enfants d’immigrés » et il est fort probable qu’aujourd’hui, en tant que pape, « constructeur de ponts », continuera à vivre son identité multiple de « fils de l’immigration » en qui tout immigré peut trouver soutien, défense et réconfort.



Source : Pastorale des Migrants

Paris, le 3 avril 2013

Haut de page


Agir

_____________


Actions et propositions
des réseaux de solidarité

  Les réseaux de solidarités

» CCFD
» CERAS
» CIMADE
» CRID
» SNPM
» FTA
» GISTI
» LDH
» RCI
» Secours Catholique
» ANAFÉ
» SRI
  • Mission
  • Textes
  • Livres

  Propositions
» Inventer une politique d'hospitalité
» Réforme sur le droit d'asile

  Outils d'éducation
» Musée de l'immigration
  • Les grandes questions
  • Le projet
» Boutiques
» Pédagogiques de CCFD
» Campagne du CCFD
» Outil des écoles
» Le guide de la CIMADE
» Manuel de l'enseignant
» Exposition Demain le monde
» Site modèle Migrations
» À la rencontre du frère

» Université d'été de la SI
» Centre de formation FTA

  Outils d'animation et de sensibilisation
» La SSI
» Festival Migrant'Scène
» Droits des Roms
» Film MONTBELIARD
» Film CARAVANE 55
» Film LITTLE SENEGAL
» Film SAGA DES IMMIGRES
» Artiste Slam

» Soirée débat

» Festival cinéma et migration


Actualités et événements
» Oser la Fraternité

» Festival Migrant'scène
  • La Pirogue
  • Les éclats
  • Terraferma
» JMMR 2012
» Projet de loi
» JMMR 2013

» Journée Mondiale du Migrant 2014
  • Présentation
  • Affiche
  • Tract
  • Message du Pape

Événement du mois d'avril
» Apprendre à vivre ensemble en Europe

Construire ensemble une Europe fraternelle
» Présentation

Pour une nouvelle politique
» Évêques de France
» CCFD
» Secours Catholique
» CIMADE
» EMMAÜS
» FTA
» DPPDM
» Cardinal Veglio
» Circulaire régularisation
» Accueil des migrants

Plaidoiries
» Protégeons les enfants
» Polémique sur les étrangers
» Accueil dans la dignité

Dialogue interreligieux, chemin de la fraternité
» Musulmans et chrétiens solidaires
» Les Etats Généraux contre le radicalisme religieux
» L’Esprit d’Assise
» Association Coexister
» Questions et réponses sur l'Islam
» Témoignages d’une intellectuelle algérienne Karima Berger


Qui sommes-nous ? Contact    Flux rss  
quastufaitdetonfrere.com © 2017